(jj/mm/aaaa)
(jj/mm/aaaa)

CA01 PAGES AIN - Energies - P4 Accompagner projets méthanisation


La méthanisation s’est développée de façon importante en agriculture ces dernières années : en France, de moins de 10 installations agricoles en service en 2007, on peut en compter aujourd’hui plus de 100.
Les exploitations agricoles ont en effet de nombreux atouts pour développer des projets de méthanisation : produits méthanogènes disponibles sur la ferme (fumiers, lisiers, cultures dérobées, etc…) et surfaces d’épandages pour valoriser le digestat de méthanisation.

Pour autant, le nombre de réalisations reste faible par rapport au nombre de projets à l’étude. Aujourd’hui, 7 installations de méthanisation agricole sont en service dans la région Rhône-Alpes, dont 3 dans le département de l’Ain.
Dans l’Ain, une installation supplémentaire devrait démarrer en 2015, et une dizaine de projets agricoles est à l’étude, à des stades divers d’avancement, dont deux qui pourraient déboucher rapidement.

>> Monter et gérer un projet de méthanisation reste en effet complexe et la rentabilité n’est pas toujours au rendez-vous. Pour être réussi, un projet doit être bien réfléchi et envisagé sous tous les angles. De plus, pour être rentable, une installation de méthanisation qui valorise le gaz en cogénération doit également trouver une valorisation de la chaleur. Or, dans les exploitations d’élevage bovin, nombreuses dans l’Ain, trouver un débouché pour l’utilisation de la chaleur n’est pas toujours facile.

L’accompagnement sur la méthanisation
Les partenaires du CEDAA pôle énergie, et en particulier la Chambre d’Agriculture, Hélianthe et la FDCUMA se sont organisés pour favoriser l’émergence de projets et accompagner les agriculteurs dans leurs réflexions, à travers différentes actions :
-    Organisation d’au moins une journée d’information sur la méthanisation tous les ans.
-    Organisation de visites d’installations en fonctionnement
-    Réalisation d’études d’opportunité pour des projets individuels ou collectifs.
-    Suivi de l’évolution des projets et accompagnement des porteurs de projet.
-    Travail de référence sur la valorisation des digestats de méthanisation

Les projets individuels n’étant pas toujours faciles à faire émerger, car de tailles trop petites, des actions vont également être menées pour favoriser l’émergence de projets collectifs. Ces derniers, plus complexes en termes de gestion, permettent d’atteindre plus facilement une rentabilité acceptable et sont des vrais projets de territoire.

 

 

 

CA01 PAGES AIN - Energies - P4 Banc essai Tracteurs



Le carburant pour les tracteurs représente une part importante des consommations d’énergie sur une exploitation agricole : la majorité des énergies directes, et 20 à 30% de l’énergie totale.

Maitriser les consommations de carburant passe par de multiples facteurs :
-    Adapter la conduite
-    Utiliser un matériel adapté aux travaux à effectuer
-    Organisation des chantiers
-    Bien régler les outils
-    Adapter les pneumatiques
-    Entretien et réglage du moteur
-    Etudier la possibilité de passer en travail du sol simplifié

Le banc d’essai tracteur est un outil qui permet à la fois de vérifier « l’état de santé » d’un tracteur et de sensibiliser sur les autres facteurs d’économie de carburant sur une exploitation.

L’association Top Moteur Sud Est, basée à Lent dans l’Ain, possède un banc d’essai itinérant qui se déplace sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes. Les mesures réalisées par le banc permettent de mieux connaitre le tracteur (puissance, consommation moyenne et spécifique, couple et réserve de couple, régime économique, etc…) et de détecter d’éventuelles anomalies de fonctionnement.
Les conseils donnés par l’opérateur du banc suite au diagnostic portent sur les modalités de conduite selon les travaux à réaliser et sur l’entretien du tracteur, en particulier si des anomalies de fonctionnement ont été détectées.

La FDCUMA et la Chambre d’Agriculture de l’Ain, à travers leur partenariat au sein du CEDAA pôle énergie, organisent tous les ans des tournées du banc d’essai tracteur dans le département. Ainsi, depuis 2007, 40 à 50 tracteurs passent tous les ans au banc d’essai.
Le bilan des diagnostics sur 500 tracteurs montre que 40% d'entre eux présentent au moins une anomalie demandant une intervention ou un réglage.
Ainsi, 20% des tracteurs présentent un déficit de puissance par rapport à la puissance indiquée par le constructeur avec des écarts allant de 4 à 20 cv. L'intérêt pour l'exploitant est donc de faire passer son tracteur au banc d'essai avant la fin de la période de garantie au cas où il faille signaler l'anomalie au constructeur.
Le banc permet également de détecter les surconsommations de carburant liées à des défauts d’entretien (filtre à air encrassé, etc…). A l’inverse, 10% des tracteurs ont un excès de puissance par rapport à celle annoncée souvent révélateur d’une bonne valorisation du GNR et un bon entretien du matériel notamment au niveau de l'encrassement moteur et périphériques comme le filtre à air.
 

 

 

CA01 PAGES AIN - Energies - P4 Valoriser plaquettes bois


Les haies des parcelles agricoles du département représentent potentiellement une production de bois importante. Pour autant, le bois issu de l’entretien des haies est encore peu ou mal valorisé aujourd’hui.

Certains exploitants agricoles, équipés de chaudière bois, cherchent à le valoriser sous forme de plaquettes pour leurs propres besoins en bois-énergie.

Mais les utilisateurs se heurtent souvent à des questions de rentabilité et d’efficacité en lien avec un manque de structuration de la filière.

Pour faire émerger une solution satisfaisante et durable pour la valorisation du bois des haies, une action est en cours afin de favoriser le lien entre les utilisateurs agricoles de plaquettes et de promouvoir et développer les différentes utilisations possibles de plaquettes.


L’objectif de cette action est le suivant :
-    Faire connaitre et favoriser l’utilisation de plaquettes de bois en litière pour les animaux. Déjà développée dans d’autres départements, cette technique permet d’économiser environ 30% de paille, ce qui peut être important pour l’économie des exploitations, en particulier les années où les quantités de pailles sont faibles.
-    Fédérer les différents utilisateurs agricoles de plaquettes de bois (énergie et, ou, litière) pour les accompagner dans la structuration d’une filière de valorisation de bois des haies.


Différentes actions sont menées dans ce sens :
-    Organisation de visites chez des agriculteurs utilisateurs de plaquettes en litière.
-    Organisation de réunions d’information
-    Accompagnement d’un groupe d’agriculteur pour faire émerger une solution durable.

 

 

 

 

 

CA01 PAGES AIN - Energies - Bouton revenir à la page sommaire